Histoires à succès

Plusieurs initiatives récentes ont contribué non seulement à améliorer la qualité et l’accès aux services de santé, mais aussi à renforcer la vitalité des communautés francophones et acadienne du Canada.

Organisation des services

Forum provincial en santé mentale

Le Forum provincial se déroulera du 28 au 30 octobre 2015 et permettra de rassembler environ 350 participants, représentants les cinq catégories de partenaires du Mouvement Santé en français, mais également les bénéficiaires des services de santé mentale. Ce Forum est une initiative communautaire qui réunit les partenaires majeurs suivants : la SSMEFNB-RAOS, l’Université de Moncton, University of New Brunswick, Mount Allison University, le Réseau de santé Horizon, le Réseau de santé Vitalité, l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick et le gouvernement provincial.  Le Forum se veut une occasion pour les communautés francophone, anglophone et autochtone du Nouveau-Brunswick de discuter et d’échanger des idées à partir de l’état actuel des connaissances sur la nature des maladies mentales, afin d’identifier les meilleures pratiques de soins et contribuer au processus d’amélioration des performances en santé mentale.  Plus d’information sur le contexte et l’historique du Forum se trouve à l’adresse  suivante : www.ForumSanteMentaleNB.ca.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Organisation des services de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Mobilisation communautaire

Dans le cadre du volet Adaptation des services de santé, le Réseau santé albertain a sondé la communauté francophone grâce à la tenue de cinq groupes témoins: le Nord, Edmonton, Calgary, les sections régionales de l’ACFA et la communauté immigrante d’Edmonton. Ce fut une opportunité unique de rejoindre et d’écouter les communautés francophones de toute la province. Cette consultation a permis de recueillir de riches données, sur lesquelles reposent les éléments de la campagne de mobilisation communautaire qui sera lancée à l’automne 2015. De plus, les participants ont rapportés avoir apprécié l’expérience et ont exprimé leur confiance dans le Réseau.

Cette réalisation est une contribution du Réseau santé albertain.

Appui du ministère de la Santé et du Mieux-être aux initiatives en santé mentale

En 2013, le Réseau Santé Nouvelle-Écosse a été approché par le ministère de la Santé et du Mieux-être, département de la santé mentale et des dépendances, pour connaître les besoins des Acadiens et francophones de la Nouvelle-Écosse. Le Réseau a par la suite reçu une contribution financière de la province en septembre 2013 (et ce jusqu’en novembre 2015), ce qui a permis d’offrir des formations Premiers soins en santé mentale et Safe TALK aux communautés acadiennes, ainsi que de créer un guide sur la santé mentale et les dépendances destiné aux Acadiens et francophones. Le Réseau souhaite poursuivre cette collaboration pour améliorer les services de santé mentale en français en Nouvelle-Écosse.

Cette réalisation est une contribution de Réseau Santé – Nouvelle-Écosse.

Adoption de nouvelles politiques

Des avancées systémiques importantes ont été réalisées en 2013-2014 afin de consolider les acquis pour la population d’expression française du Manitoba. Après plus de cinq ans de travail par Santé en français, la province du Manitoba a adopté deux nouvelles politiques qui permettront de préserver les acquis et de les ancrer dans un cadre juridique.

  • Politique sur le processus de désignation francophone et bilingue d’établissements, de programmes et de services  (adoptée le 28 août 2013).
  • Politique sur le processus d’évaluation des plans de services en langue française des offices régionaux de la santé (adoptée le 26 mars 2014).

Cette réalisation est une contribution de Santé en français (Manitoba).

Pour une meilleure santé mentale

Le PCS bénéficie de partenaires importants pour la formation de premiers répondants.es (Premiers secours en santé mentale) au Yukon, dont la Société santé en français (SSF) qui via un projet national permet de former une formatrice de premiers soins en santé mentale, ce qui évite des coûts de déplacement importants pour le réseau. Du côté yukonnais, la Direction des services en français (DSF) est devenue un partenaire dans cette aventure en permettant au réseau d’offrir une session supplémentaire de formation en PSSM afin de cibler les professionnels.les de la santé, des services sociaux et de l’éducation. Plus de 12 enseignants.es de l’école française Émilie-Tremblay et de la garderie du Petit Cheval blanc sont désormais formés comme premiers répondants et desservent la communauté! Ce projet touche au moins trois déterminants de la santé soit la culture (la barrière de la langue qui restreint l’accès aux services de santé), le système de santé (soins limités en santé mentale offerts au Yukon) et le réseau de soutien social (dans une région éloignée composée de nouveaux arrivants où l’école et la garderie sont souvent le prolongement de la famille).

Cette réalisation est une contribution du Partenariat communauté en santé (PCS).

Initiatives en offre active

Le RAFR siège au comité provincial sur l’intégration de l’offre active au Nouveau-Brunswick. Ce comité, composé des chercheurs du Département d’administration publique de l’Université de Moncton; du CNFS – Volet Université de Moncton, Volet Collège communautaire du N.-B. et Volet Centre de formation médicale du N.-B.; le Réseau de santé Vitalité; le Réseau de santé Horizon et le Conseil de la santé du N.-B., a comme objectifs de sensibiliser, former et outiller les acteurs du domaine à l’importance de l’offre active en santé dans les institutions de formation ainsi que dans les établissements de santé de la province. Ce comité a organisé une formation sur la boîte à outils pour l’offre active (septembre 2014), offerte aux formateurs, aux gestionnaires ainsi qu’aux professionnels de la santé, ainsi qu’un premier forum de discussion sur la qualité, sécurité et langues officielles dans l’univers de la santé (13 mars 2015) qui avait pour but de partager les pratiques innovatrices en matière d’offre active ainsi que les enjeux et les défis de l’intégration de l’offre active dans les établissements de santé.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Formation et recherche de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Énoncé de position commune en Ontario dans le dossier de l’offre active

Les Réseaux de l’Ontario et les Entités de planification se sont concertés afin de développer un énoncé de position commune sur l’offre active.  Comme ces 7 organisations sont des références en matière d’offre de service en français auprès des fournisseurs en province et des RLISS, il était essentiel que ses organisations livrent les mêmes messages et conseils.  Le Commissaire aux services en français a d’ailleurs écrit un blogue sur l’offre active et y a cité amplement cet énoncé, de même que dans son rapport annuel.

Cette réalisation est une contribution du Réseau des services de santé en français de l’Est de l’Ontario, du Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario et du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario.

Représentation de la communauté francophone lors de la consultation en santé mentale

Améliorer les programmes et services afin de mieux répondre aux besoins des individus et des familles touchés par la maladie mentale ou la toxicomanie est l’objectif de la Commission multipartite sur la santé mentale et des toxicomanies.  Conformément à l’engagement pris par le comité, une série de consultations s’est tenue à travers la province.  Le Réseau santé en français de Terre-Neuve-et-Labrador a participé à la consultation publique sur la santé mentale à Saint-Jean en juin dernier afin de représenter les communautés francophones de la province. En plus de partager les besoins des citoyens francophones, cet événement fut une belle opportunité de faire connaître le Réseau santé en français. Bon coup : l’animateur a lu le commentaire en français lors de la phase finale de la consultation publique.

Cette réalisation est une contribution du Réseau santé en français Terre-Neuve-et-Labrador.

Ressources humaines

Un partenariat pour la qualité et la sécurité des soins de santé en français

Après avoir produit deux importantes études portant sur les normes d’accessibilité linguistique dans les contextes américain et canadien en 2011 et 2012, la Société Santé en français a développé un partenariat stratégique avec Agrément Canada, le chef de file en matière de qualité et sécurité des soins au Canada. Ce partenariat mènera à l’adaptation du processus d’agrément des établissements de santé afin qu’il intègre des dimensions d’accessibilité linguistique.

Cette réalisation est une contribution de la Société Santé en français.

Répertoire des professionnels

Le Répertoire du RésoSanté a passé la marque de 1 050 professionnels cette année. Plus de 11 000 copies du Répertoire ont été diffusées dans la communauté. Cette ressource est aussi disponible en ligne, pour téléphone intelligent, tablette numérique ou ordinateur. Ce Répertoire comprend 65 catégories et couvre 96 municipalités. De plus, le moteur de recherche permet des recherches par mot-clé, par ville, par profession ou par région géographique.

Cette réalisation est une contribution de RésoSanté Colombie-Britannique.

Campagne d’identification des étudiants francophones du domaine de la santé ­

Afin de peupler la base de données des étudiants en santé du RSFIPE, le Réseau offre annuellement deux bourses étudiantes d’une valeur de 1 500 $ chacune. Cette base de données permet au Réseau d’informer les étudiants des possibilités de stages et d’emplois à l’Île-du-Prince-Édouard dans l’espoir de garder ou de ramener des intervenants francophones à l’Île pour améliorer l’offre de services en français. Dans le formulaire d’inscription en ligne sur le site web du Réseau, les étudiants doivent décrire pourquoi il est important d’offrir des services de santé en français (santeipe.ca/etudiants-en-sante). Le RSFIPE partage chaque année la liste de ses étudiants bilingues avec le Secrétariat au recrutement et au maintien de l’effectif afin qu’il puisse informer ces étudiants des occasions de stages et d’emploi à l’Île-du-Prince-Édouard. « C’est avec plaisir que nous nous associons au Réseau de santé en français de l’Î.-P.-É. (RSFIPE) pour cette initiative. Le Secrétariat au recrutement et au maintien de l’effectif qui relève du ministère de la Santé et du Mieux-être a souvent des postes difficiles à doter. L’initiative du RSFIPE sera très utile pour le personnel du Secrétariat. La dotation de postes bilingues est souvent plus difficile en raison du nombre limité de candidats francophones. Nous avons hâte de collaborer au projet et nous espérons que les Insulaires qui peuvent parler le français et qui poursuivent une carrière dans le domaine des soins de santé participeront à cette initiative », dit Marney MacKinnon, gestionnaire du recrutement et du maintien de l’effectif en matière de soins de santé. Dans la première année de cette initiative, le Réseau a réussi à recruter 53 nouveaux étudiant(e)s dans la base de données. Cliquez pour l’article.

Cette réalisation est une contribution du Réseau Santé en français  Î.-P.-É.

Campagne Étoile Santé

La Campagne Étoile Santé a pour but de valoriser, de recruter et de faire connaître les professionnels de la santé offrant des services de santé en français à l’Île-du-Prince-Édouard. En effet, repérer les professionnels de la santé d’expression française et accéder à leurs services demeurent un enjeu majeur pour augmenter l’offre de services de santé en français à l’Île-du-Prince-Édouard. Il est primordial de rendre les professionnels qui parlent français davantage accessibles et visibles dans la communauté. On encourage donc les gens à proposer la candidature de professionnels de la santé qui offrent activement des services de santé en français. Toutes les personnes dont la candidature est proposée recoivent un prix de reconnaissance. De plus, une fois par mois, un professionnel de la santé s’étant démarqué est mis en valeur dans une chronique du journal francophone de la province, La Voix acadienne. Le directeur de Santé Î.-P.-É. est informé des employés du ministère recevant cette distinction par le Réseau. Cette campagne est une excellente façon d’encourager les citoyens à mettre en valeur l’importance des services reçus en français. Voir la liste des nominés : http://santeipe.ca/list-of-nominees/.

Cette réalisation est une contribution de Réseau Santé en français Î.-P.-É.

Café de Paris

Le Café de Paris est une initiative du Réseau de santé Horizon (réseau anglophone du Nouveau-Brunswick) afin d’offrir une occasion de formation linguistique pour les professionnels de la santé au sein des établissements de santé. Le partenariat entre le Réseau de santé Horizon et le Réseau-action Organisation des services a permis de développer le modèle du Café de Paris, s’assurer qu’il soit transférable à tous les établissements de santé, de promouvoir le concept au sein des établissements et de le déployer dans certains d’entre eux. Le projet initial prévoyait le déploiement à Saint-Jean, Fredericton et Miramichi, mais il s’étend maintenant aussi à St George, St Stephen et Sussex.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Organisation des services de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Conférence médicale sur les Défis en maladies infectieuses dans le Grand Nord

Au cours de l’année 2014-2015, le Réseau santé en français au Nunavut a organisé une conférence médicale sur les Défis en maladies infectieuses dans le Grand Nord. Le succès de ce projet est qu’il a réuni, comme membres du comité organisateur, deux organismes d’Iqaluit au Nunavut, des médecins du Nunavut et de Nunavik, ainsi des membres de la fonction publique québécoise. La conférence, première au Nord du Canada, fut présentée dans les deux langues officielles.

Cette réalisation est une contribution du Réseau santé en français au Nunavut (RÉSEFAN).

Cadre de référence national en ressources humaines

Le Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario, en collaboration avec la Société Santé en français, a développé un Cadre de référence pour le recrutement et la rétention des ressources humaines bilingues en santé. Ce document présente une approche adaptée au contexte minoritaire s’articulant autour de six grandes étapes et formant un processus d’amélioration continue où toutes les étapes sont importantes afin d’assurer des services de santé bilingues de qualité et sécuritaires. Cette approche sera traduite en outils pratiques et en formation à l’automne 2015.

Cette réalisation est une contribution du Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario.

Projet Communauté accueillante

Ce projet, visant à favoriser l’accueil, le recrutement et la rétention des professionnels de la santé bilingues dans le sud de l’Ontario, promeut des stratégies qui appuient chacun des différents partenaires de façon adaptée.

Collèges et université :

  1. Appuyer l’identification des étudiants inscrits dans les programmes de santé qui sont détenteurs d’un diplôme d’études secondaires francophone ou bilingue.
  2. Collaborer aux démarches des programmes de santé pour le placement de stagiaires et l’engagement communautaire des étudiants francophones et francophiles dans les 4 régions de l’Ontario.

Fournisseurs de services de santé :

  1. Encourager les fournisseurs de soins de santé à interpeller les institutions postsecondaires pour leur faire connaître leurs besoins en stagiaires bilingues et francophones.

Communautés francophones :

  1. Aider les régions à promouvoir l’importance d’appuyer les stagiaires francophones et bilingues comme un moyen à long terme de palier au défi du recrutement et la rétention des ressources humaines bilingues.
  2. Mettre en place et faire connaître les services d’accueils des 4 organismes hôtes auprès des étudiants francophones et bilingues des programmes de santé collégiaux et universitaires afin de favoriser et faciliter le placement de stagiaires dans les 4 régions.

Grâce à l’action du Réseau et de ses partenaires, le projet rencontre de plus en plus de succès. Par exemple, 30 étudiants francophones ont été identifiés à la faculté de médecine de l’Université de Toronto, qui a reconnu le groupe comme un club officiel et effectue maintenant des démarches pour offrir des cours linguistiques dans sa programmation.

Cette réalisation est une contribution du Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario.

Promotion de la santé

Écoles en santé

Le Réseau santé albertain a mis en œuvre un partenariat avec la Fédération du sport francophone de l’Alberta dans le cadre du volet Promotion de la santé. La Fédération ayant déjà œuvré dans ce domaine de 2010 à 2013, le Réseau a pu bénéficier des liens établis avec la communauté, les écoles et le système de santé. Fort de ce réseau, un comité provincial Écoles en santé a été mis sur pied, regroupant les quatre conseils scolaires francophones de l’Alberta, la Fédération, ainsi que le Réseau santé albertain. Grâce à cette collaboration et avec l’expertise de la Fédération du sport francophone, des comités Écoles en santé ont également été mis sur pied dans 16 écoles francophones de la province. Ces écoles ont fait l’analyse de leurs besoins et planifient maintenant des actions pour la rentrée 2015-2016.

Cette réalisation est une contribution du Réseau santé albertain.

Écoles en santé

RésoSanté a rallié le ministère de la Santé, le Directorate of Agencies for School Health (DASH BC), le Conseil scolaire francophone, le Conseil jeunesse francophone et au moins deux régies de santé autour de la mise en œuvre d’une initiative « Écoles en santé » et a obtenu l’appui du ministère de l’Éducation. Il s’agit d’un succès remarquable parce que cette initiative prône une intervention précoce auprès des jeunes, basée sur l’approche globale préconisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en plus d’impliquer tous les joueurs-clés de Colombie-Britannique.

Cette réalisation est une contribution de RésoSanté Colombie-Britannique.

Contribution à la production de la trame Le mieux-être pour réduire l’empreinte du diabète

Le Réseau-action Communautaire (RAC) de la SSMEFNB a collaboré à la réalisation d’un document démontrant comment l’action sur les douze déterminants de la santé peut avoir une incidence sur la prévention du diabète. La trame Le mieux-être pour réduire l’empreinte du diabète a été conçue dans une perspective holistique, en s’appuyant sur des données probantes. Elle offre des conseils pratiques et des trucs sur comment améliorer son mieux-être et par conséquent réduire son risque de diabète. Ce document, produit par le Mouvement Acadien des Communautés en Santé du NB, a été édité à 2000 copies et distribué aux partenaires de la santé et du mieux-être en français partout au Nouveau-Brunswick, ainsi qu’aux réseaux santé en français au Canada.  L’outil a reçu un accueil enthousiaste, que ce soit de la part des communautés ou des acteurs du système de santé. Cette initiative a aussi reçu l’appui financier du Fonds d’innovation de l’Unité de prévention et de gestion des maladies chroniques du Nouveau-Brunswick, sous la Direction des soins de santé primaire du ministère de la Santé.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Communautaire de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Soutien au déploiement continu de l’approche Communautés & Écoles en santé

L’approche Communautés-Écoles en santé est une stratégie de promotion de la santé reconnue par l’Organisation mondiale de la santé. Elle vise à renforcer et accompagner la prise en charge de la santé et du mieux-être par les populations et communautés locales. Le mouvement Communautés – Écoles en santé continue de grandir au NB. Le Réseau-action Communautaire de la SSMEFNB collabore avec l’organisme porteur de l’approche, soit le Mouvement Acadien des Communautés en Santé du NB, pour soutenir le déploiement de ce concept en Acadie du Nouveau-Brunswick. Ce sont maintenant 43 Communautés/Organisations en santé, 39 Écoles en santé et 26 groupes associés ou amis qui multiplient les initiatives en faveur de la santé et du mieux-être en français dans la province. Les histoires à succès des milieux engagés dans le modèle Communautés-Écoles en santé sont répertoriées dans le magazine RéseauMACS au http://www.macsnb.ca/index.php?p=publication.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Communautaire de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Cours de natation en français

Un partenariat entre le PCS et la Ville de Whitehorse vise le développement de cours de natation en français à la piscine publique de Whitehorse. Le réseau PCS et le centre aquatique mettent leurs efforts ensemble pour traduire le contenu et faire former des instructeurs et instructrices bilingues (français/anglais) pour assurer l’enseignement des cours de natation en français pour les 3-6 ans. Reconnaissant que savoir nager est une compétence essentielle dans le Nord et que la langue peut représenter une barrière pour les enfants francophones d’âge préscolaire, le Centre aquatique met désormais des formations en français dans sa programmation automne, hiver et printemps. Ce genre de partenariat avec le centre aquatique est une première pour la communauté ! Ainsi, les enfants francophones du Yukon pourront développer leurs habiletés dans l’eau et développer le goût des sports aquatiques au fil des années. Une question de santé… et de sécurité!

Cette réalisation est une contribution du Partenariat communauté en santé (PCS).

Mobilisation des connaissances

Rejoindre les communautés dispersées par les médias sociaux

RésoSanté a mise en ligne une page Facebook cet automne pour mieux informer la communauté en ce qui a trait aux opportunités de services de santé en français en Colombie-Britannique et pour fournir un fil d’actualité santé favorisant une prise en charge individuelle de sa santé, en français. En moins de 8 mois, la page a atteint le cap des 300 participants. Cet engagement positif d’une communauté qui est reconnue pour sa grande dispersion et pour son taux d’assimilation relativement élevé est l’un des récents succès  de RésoSanté.

Cette réalisation est une contribution de RésoSanté Colombie-Britannique.

Ajout de la langue dans les formulaires d’inscription des patients

Depuis décembre 2014, notamment grâce à la collaboration d’une coordonnatrice des services en français siégeant sur le CA du Réseau, une rubrique demandant la langue a été ajoutée sur le formulaire d’inscription des patients à l’hôpital VG à Halifax. Le Réseau poursuit les démarches et espère que cette excellente initiative sera reprise dans d’autres hôpitaux de la Nouvelle-Écosse afin que plus d’Acadiens et de francophones soient servis en français.

Cette réalisation est une contribution de Réseau Santé – Nouvelle-Écosse.

Colloque sur le cancer du sein : Concertation provinciale francophone pour vaincre le cancer du sein

Le Comité des femmes survivantes du cancer du sein et ami(e)s est né en janvier 2002 lorsque des survivantes du cancer du sein et des bénévoles de la Société canadienne du cancer à Moncton ont constaté les longues attentes entre la période de découverte d’une masse au sein, le diagnostic et le traitement. Les membres du Comité ont alors choisi d’aborder le défi par l’entremise d’une concertation provinciale. Depuis 2005, 5 colloques francophones du cancer du sein ont été organisés au Nouveau-Brunswick par le Comité des femmes survivantes du cancer du sein et ami(e)s, en partenariat avec la Société Santé et Mieux-être en français du NB et ses trois réseaux-action, l’Institut atlantique de recherche sur cancer, la Société canadienne du cancer, la Fondation canadienne du cancer du sein, le Réseau de santé Vitalité et l’Université de Moncton.

Ces colloques ont pour but de sensibiliser les partenaires de la santé et du mieux-être en français à l’enjeu du cancer du sein au N.-B. Les femmes atteintes du cancer du sein ont l’occasion d’y côtoyer des  professionnels de la santé et spécialistes des traitements et des soins du cancer du sein. Ces colloques servent également à outiller les survivantes pour améliorer leur qualité de vie. L’inauguration en avril 2015 du Centre de santé du sein au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton en est un résultat exemplaire. Même après 10 ans, la réussite ne se dément pas et démontre sans contredit que les colloques francophones provinciaux sur le cancer du sein au Nouveau-Brunswick répondent à un réel besoin. Le 6e colloque francophone du cancer du sein aura lieu à Caraquet les 1er et 2 octobre 2015.

Cette réalisation est une contribution de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick, le Réseau-action Organisation des services, le Réseau-action Formation et recherche et le Réseau-action Communautaire.

Journées de formation sur la recherche

Le RAFR, en collaboration avec plusieurs de ses partenaires, a organisé trois journées de formation de base sur la recherche en santé et en mieux-être, Démystifier la recherche (mai 2012), Passeport pour la recherche (novembre 2013) et Plongez dans la recherche (octobre 2014), afin de répondre aux besoins d’outillage en recherche et de développement de partenariats.  Le but de ces formations était d’augmenter la capacité de recherche en français dans le domaine de la santé et du mieux-être au Nouveau-Brunswick. Ces journées se sont avérées un levier pour la recherche en santé et en mieux-être en français et un point de départ pour le développement de partenariats en recherche.

Cette réalisation est une contribution du Réseau-action Formation et recherche de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Forum de la santé en français 

Près de 60 acteurs-clés de la santé en français ont pris part au 3e Forum de la santé en français de l’Alliance des Réseaux ontariens de santé en français et du Regroupement des Entités de planification des services de santé en français de l’Ontario. Dans le cadre d’une 3e rencontre annuelle, les Réseaux et les Entités ont accueilli des représentants d’organismes francophones des quatre coins de la province pour discuter des priorités d’action en santé et des stratégies à leur portée afin d’assurer la progression des services de santé en français en Ontario. De l’avis de Peter Hominuk, directeur général de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, le Forum a été une excellente plateforme pour concerter les partenaires francophones dans le domaine de la santé : « Les Réseaux et les Entités sont des catalyseurs de la santé en français. Ils ont invité des représentants de différents secteurs, tels que ceux de l’éducation et des municipalités. L’une des choses qui ressort le plus de ces échanges, c’est le souci qu’ont les participants de continuer à élargir le cercle pour aborder des enjeux communs en santé. Ils ont réitéré haut et fort le besoin de collaborer en santé à l’échelle provinciale, et c’est un message que reçoivent très bien les Réseaux et les Entités de santé. »

Cette réalisation est une contribution du Réseau des services de santé en français de l’Est de l’Ontario, du Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario et du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario.

Projet Inclusion de la variable linguistique

Grâce à une collaboration avec l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), le Réseau des services de santé en français de l’Est de l’Ontario (RSSFEO), à titre de réseau-ressource du  projet, a réalisé une analyse des bases de données administratives de l’ICIS afin répertorier et comprendre les différentes bases de données, en connaître l’utilisation par les provinces et territoire et y relever la présence ou non de la variable linguistique. Suite à cette étude, plus de la moitié des réseaux santé en français des provinces et territoires du Canada désirent participer activement à ce dossier levier.

Cette réalisation est une contribution du Réseau des services de santé en français de l’Est de l’Ontario.

Symposium du mieux-être des aînés – Seniors’ Wellness Symposium

Le Symposium du mieux-être des aînés, un événement bilingue de deux jours (16-17 juin, Centre Bendale Acres, Toronto), a regroupé de nombreux acteurs-clés de la région, dont le Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario, Toronto Long-Term Care Homes & Services, le RLISS Centre-Est, l’Entité 4, Reflet Salvéo et la Fédération des aînés et retraités francophones de l’Ontario. La première journée a offert des conférences pour les fournisseurs de services et de soins aux personnes âgées sur les soins centrés sur la personne (Dr Samir Sinha, Provincial Lead, Ontario’s Seniors Strategy) et sur les compétences linguistiques et culturelles. La deuxième journée a permis au public de prendre part à des mini-séminaires et à des ateliers, ainsi que de visiter les kiosques de plus de 50 organisations offrant des services de santé.

Cette réalisation est une contribution du Réseau franco-santé du Sud de l’Ontario.

Capsules santé

Le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario, en partenariat avec la radio communautaire CINN FM 91,1 de Hearst, a travaillé sur un projet visant la promotion de la santé et la prévention des maladies par l’entremise de capsules santé audio. L’objectif est de sensibiliser l’ensemble de la population francophone du Nord de l’Ontario aux divers aspects de la santé. Les capsules, d’une soixantaine de secondes chacune,  ont été diffusées en onde sur la radio communautaire de Hearst, ailleurs dans le Nord-Est où il existe des postes de radio francophones, ainsi que sur le site web et la page Facebook du RMEFNO.

Cette réalisation est une contribution du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l’Ontario.

Une nouvelle façon de collaborer, de communiquer et de rejoindre les gens

Le RSFTNL est fier d’être maintenant présent sur les médias sociaux (Facebook & Twitter). De plus, la page Santé, disponible sur le Portail des francophones, a également été mise à jour et propose, en ligne, les capsules santé publiées tous les mois depuis 2012 dans le journal francophone Le Gaboteur.

Cette réalisation est une contribution du Réseau santé en français Terre-Neuve-et-Labrador.

Les Chroniques TNO Santé

Le Réseau TNO Santé a créé un partenariat avec le journal L’Aquilon pour présenter des chroniques santés sur une base hebdomadaire. Ces chroniques traitent de divers sujets comme la prévention des blessures, la promotion du mieux-être, la gestion des maladies chroniques, la disponibilité des services de santé, etc. Celles-ci furent un succès auprès des lecteurs de L’Aquilon, mais elles ont aussi eu des répercussions dans d’autres provinces et territoires. Par exemple, le ministère de l’Éducation du gouvernement de l’Alberta a utilisé l’une des chroniques dans le cadre de son Test de rendement, French Language 9e année et dans le Test de rendement, Français 9e année.

Cette réalisation est une contribution du Réseau TNO Santé en français.

Foire santé intergénérationnelle

Pour favoriser le rapprochement des professionnels de la santé, incluant les étudiants en science de la santé, de la communauté, le Réseau organise chaque année une activité d’apprentissage expérientiel sous la forme d’un foire santé intergénérationnelle qui rassemble plus d’une centaine de personnes. Cette activité constitue d’abord une occasion d’échanges interprofessionnels entre professionnels et étudiants sur la pertinence de l’offre active et de l’importance de développer ou de maintenir leur capacité langagière en français. Pendant la journée, ils ont l’occasion d’utiliser leur expertise en faisant des présentations à la communauté sur différents sujets qui informent et fournissent des pistes pour une meilleure prise en charge de la santé des individus.  Ils participent également à des cercles de discussions ouvertes générées à partir de questions ou d’observation formulées de part et d’autres : soit des professionnels soit des gens de la communauté. Cette activité est organisée en partenariat avec plusieurs organismes communautaires représentant les clientèles des parents avec de jeunes enfants, des aînés et des nouveaux arrivants. Le tout se fait dans une atmosphère de fête et de convivialité impliquant des gens de tous les milieux et de tous les âges.

Cette réalisation est une contribution du Réseau Santé en français de la Saskatchewan.

Réseautage

Entente importante vers la santé primaire en français au Nouveau-Brunswick

Une alliance majeure de cinq ans portant sur l’établissement d’un partenariat pour une santé primaire durable en français a été conclue en novembre 2014 par trois acteurs importants. La Société Santé et Mieux-être en français du NB (SSMEFNB), le Mouvement Acadien des Communautés en Santé du NB et le Réseau de santé Vitalité ont signé une entente confirmant leur volonté de travailler ensemble pour rapprocher les communautés et le système de santé. Dans la perspective de la SSMEFNB et du MACS-NB, l’entente viendra renforcer les efforts de promotion de la santé et de prévention de la maladie pour une santé primaire renouvelée. Elle viendra aussi accentuer et multiplier les liens de collaboration entre les composantes des 3 partenaires. De l’avis du Réseau de santé Vitalité, les soins de santé primaires tiennent compte des facteurs qui influencent grandement la santé et le mieux-être et doivent donc être au cœur de nos communautés. L’entente s’inscrit donc dans les orientations stratégiques de leur organisme qui visent à optimiser le virage ambulatoire et communautaire, ainsi que celui vers la santé primaire.

Cette réalisation est une contribution de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick et du Mouvement Acadien des Communautés en Santé du Nouveau-Brunswick.

Partenariat avec la Direction Mieux-être du gouvernement du N.-B.

La SSMEFNB est l’un de deux groupes communautaires francophones reconnus officiellement comme partenaires de la Direction du mieux-être du Gouvernement du Nouveau-Brunswick, rattachée au ministère du Développement social. À ce titre, la SSMEFNB positionne les enjeux de la communauté francophone, collabore à la campagne annuelle de marketing social du mieux-être, en plus d’être membre du comité organisateur des conférences provinciales sur le mieux-être, dont la prochaine en 2016. La SSMEFNB a également réussi à influencer le contenu de la Stratégie du mieux-être du Nouveau-Brunswick 2014-2021 – Au cœur de notre avenir qui, pour la première fois, a vu son orientation élargie afin d’encourager des mesures relatives à toutes les dimensions du mieux-être et à tous les déterminants de la santé, au lieu de les limiter aux quatre objectifs antérieurs visant un mode de vie sain. Cette orientation renouvelée reconnaît que pour apporter des améliorations durables en matière de mieux-être au sein de la population, les objectifs doivent avoir une portée plus large et ne pas simplement aborder les comportements correspondant à un mode de vie sain.

Cette réalisation est une contribution de la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.